Hausse du prix du carburant : les camionneurs dans le rouge

Hausse du prix du carburant : les camionneurs dans le rouge

Les camionneurs qui approvisionnent les chantiers du ministère des Transports en gravier et en sable en ont assez. Ils ont manifesté lundi pour réclamer le remboursement d’une part plus importante de leurs dépenses en carburant en raison de la flambée des prix.

• Lisez aussi : Transport en vrac: les camionneurs manifestent lundi à travers le Québec

• Lisez aussi : les motards de la colère

Depuis janvier, le litre de diesel est passé d’une moyenne de 1,45 $ à 2,33 $. Pour un artisan camionneur, qui travaille à son compte, cela représente des dépenses supplémentaires importantes.

« Les artisans camionneurs perdaient jusqu’à 60 cents le litre en mars. Quand vous mettez 300 ou 400 litres par jour, imaginez le manque à gagner », a déclaré Gaétan Légaré, directeur général de l’Association nationale des artisans camionneurs (ANCAI).

C’est pourquoi l’ANCAI a invité ses 5 200 membres à manifester lundi devant les bureaux des centres de services du ministère des Transports du Québec pour exiger un ajustement des tarifs.

À Québec, un convoi est passé devant l’Assemblée nationale. Une lettre a également été envoyée à tous les députés.

« C’est le ministère des Transports qui fixe le tarif. Le ministère a un mode de compensation du carburant qui est tout à fait inacceptable et qui n’est plus d’actualité », a déploré M. Légaré, estimant que « tout le monde roule à perte ».

Comme autre moyen de pression, à partir du 13 mai, l’association n’obligera plus ses camionneurs à assurer un service, malgré les obligations de leurs contrats. Elle ne réclamera plus de pénalités non plus.

Une centaine au Québec

À Québec, selon le président de l’Office des artisans camionneurs de Chauveau-Québec, Roland Lepage, une centaine de personnes étaient présentes.

« Quand vous devez payer 400 $ de carburant pour 900 $ de travail, vous ne pouvez pas payer la moitié de votre salaire en carburant », a déclaré M. Lepage.

Celui qui a débuté dans le domaine en 2001 ne cache pas qu’il est plus difficile d’être artisan camionneur aujourd’hui. En plus du carburant, l’entretien des véhicules coûte plus cher, tout comme les pneus et les pièces.

150 $ par jour

Le taux horaire d’un camionneur est calculé par le ministère des Transports, qui tient compte d’une foule de facteurs, dont le prix du carburant.

En janvier, l’ANCAI avait obtenu 8 dollars de plus de l’heure pour ses membres. Les camionneurs de l’association ont également obtenu, en mai, une indemnité complémentaire de 10 % du prix du carburant.

Carl Lafond est un camionneur en vrac en Abitibi-Témiscamingue.  L'explosion du prix du diesel lui fait perdre au moins 150 $ par jour.

Photo de courtoisie

Carl Lafond est un camionneur en vrac en Abitibi-Témiscamingue. L’explosion du prix du diesel lui fait perdre au moins 150 $ par jour.

« Sauf que c’est une compensation de 30 % qui serait plus représentative de ce que cela nous coûte », a expliqué Carl Lafond, de l’Abitibi-Témiscamingue. L’explosion du prix du diesel lui fait perdre au moins 150 $ par jour.

« Ma saison recommence avec ces prix, je ne suis pas en mesure de dire combien on va perdre », a noté pour sa part Donald Guy, camionneur à Shawinigan.

L’ANCAI n’exclut pas d’autres actions dans les prochains jours.

Discussion

En mêlée, le ministre des Transports, François Bonnardel, affirme être en discussion avec des camionneurs depuis “quelques jours”.

« Je comprends leur problème. La situation de l’inflation des prix du carburant est extrêmement élevée en ce moment. Nous avons un mécanisme qui existe déjà et qui répond à ce problème », a-t-il expliqué.

Les actions de lundi interviennent moins d’une semaine après la sortie des transporteurs scolaires, aux prises avec la même hausse du prix du gazole.

La Fédération des transporteurs par autobus négocie actuellement avec le ministère de l’Éducation, car les contrats d’autobus scolaires sont généralement d’une durée de cinq ans.

La fédération demande à Québec de rétablir la compensation qui a permis d’absorber une partie de la facture.

– Avec la collaboration de Félix Lacerte-Gauthier


#Hausse #prix #carburant #les #camionneurs #dans #rouge

Leave a Comment

Your email address will not be published.