Chronique d'Olivier Larue : Un avertissement pour Ferrari

Chronique d’Olivier Larue : Un avertissement pour Ferrari

Regardez toute l’action du week-end du Grand Prix de Miami sur RDS et RDS Direct dans notre environnement multiplex.

Dès le début des essais hivernaux, il semblait que tout était parfait pour Ferrari. On s’est vite rendu compte que le travail effectué lors de la dernière saison avait porté ses fruits et que la voiture 2022 était pleine de promesses.

Le début de saison a confirmé que ces promesses étaient vraies, et la Scuderia a profité des problèmes de fiabilité de Red Bull pour se donner une belle avance au classement après seulement trois courses.

Ensuite, Ferrari est arrivée sur ses terres, à Imola. Et c’est là qu’elle a reçu son premier avertissement.

Commençons par Charles Leclerc. J’avais déjà souligné cette saison que j’avais hâte de voir s’il allait pouvoir éliminer ses petites fautes de pilotage qu’il commet de temps en temps. À Imola, il a donné un exemple parfait de ce que j’avais en tête.

Parfois, c’est comme s’il voulait en faire un peu trop. Comme à Monaco l’an dernier, lorsqu’il a heurté le mur lors des qualifications alors qu’il avait déjà la tête provisoire, endommageant la voiture et ne pouvant pas repartir le lendemain.

Un peu comme à Bakou en 2019, quand il était favori pour la tête, mais s’est enfermé et a heurté le mur alors qu’il n’avait qu’à entrer dans le top 10 en Q2 pour passer au tour suivant, ce qui a conduit à sa célèbre radio communication “Je suis stupide!” à son équipe.

Lors du dernier Grand Prix, Ferrari et Leclerc ont décidé de jouer de manière agressive en s’arrêtant une deuxième fois et en essayant de mettre la pression sur Sergio Perez. Ce n’était pas une mauvaise décision en tant que telle. D’un point de vue théorique, Ferrari n’avait rien à perdre. Leclerc n’allait pas dépasser Perez si rien ne changeait, et un arrêt de plus n’allait pas faire perdre à Leclerc une position, alors pourquoi ne pas essayer de lancer les dés et voir ce qui se passe.

A l’entraînement, nous avons encouragé Leclerc à attaquer le plus possible pour obtenir la deuxième place, avec le résultat que nous connaissons aujourd’hui.

Avec le recul, il est évidemment facile de se demander s’il n’aurait pas été plus sage de se contenter de la troisième place et d’admettre que les Red Bulls ont été les plus rapides tout au long du week-end. Dans une course au titre qui s’annonce serrée, chaque point est important, il est parfois plus sage de prendre les points qui s’offrent à nous plutôt que de jouer à quitte ou à double… surtout bien sûr quand on est devant le championnat.

Pourtant, ce Grand Prix n’est pas une catastrophe pour Ferrari. L’équipe est toujours première au classement, tout comme Leclerc qui compte toujours 27 points d’avance sur Verstappen. Nous pourrions nous permettre un week-end plus difficile, et si nous apprenons les bonnes leçons, cela pourrait même être bénéfique pour Ferrari. Nous avons vu le genre de dilemme auquel nous devrons faire face avec les Reds cette saison. Jouer tout pour tout, ou cumuler les points dont nous disposons ?

Si vu comme un avertissement que la saison est longue et que rien n’est gagné malgré un excellent début de campagne, la Scuderia n’en sera que plus forte.

Quant à Leclerc, lui aussi apprendra de ses erreurs. C’est un apprentissage normal pour un jeune conducteur et il faut lui laisser le temps d’acquérir de l’expérience. Même s’il en est déjà à sa quatrième saison avec Ferrari, c’est la première fois qu’il peut vraiment se battre pour le titre, avec tout ce que cela implique.

En fait, son rival cette saison est un bel exemple que malgré son immense potentiel, l’expérience est impossible à acheter. Depuis qu’il a rejoint Red Bull en 2016, Verstappen a commis des erreurs de conduite coûteuses. Son style de conduite agressif a fait l’objet de nombreuses critiques au fil des ans. Cependant, avec le temps et l’expérience, il a compris qu’une course au titre est un long marathon, devenant le pilote redoutable et surtout constant que l’on connaît aujourd’hui.

Il en sera de même pour Leclerc. Son début de saison est remarquable, il pouvait donc se permettre une telle erreur. Le talent est incontestable. Il doit juste s’assurer qu’il n’ouvre pas trop souvent la porte à Verstappen. Mais une chose est sûre, la saison s’annonce très excitante entre les deux pilotes.

De moins en moins de marge de manœuvre pour Sainz

Si Leclerc pouvait se permettre une petite erreur et conserver malgré tout une belle avance en tête du championnat, disons simplement que Carlos Sainz ne profite pas du même luxe.

Après deux podiums pour commencer la saison, l’Espagnol n’a pas réussi à boucler trois tours en deux épreuves, terminant dans la fosse à gravier lors de la deuxième manche en Australie et premier à Imola.

Il faut dire qu’il n’est pas responsable de l’incident du premier tour du dernier Grand Prix. Daniel Ricciardo a pris le blâme après la course. Pourtant, le cas de Sainz montre comment de petites erreurs ici et là peuvent rapidement changer l’apparence d’une saison.

En Australie, il en a trop fait pour essayer de remonter le peloton après une neuvième place en qualifications. A Imola, sa sortie de piste en qualifications l’a mis dans une position délicate, mais la course sprint lui a permis d’effacer une grande partie de cette erreur.

Après deux week-ends difficiles, Sainz se retrouve désormais à 48 points de son coéquipier. Comme nous sommes dans la saison la plus longue de l’histoire de la Formule 1, il a encore le temps de revenir dans le championnat, mais dans son cas la marge de manœuvre devient de plus en plus mince.

Il sera donc intéressant de voir comment Sainz, Leclerc et Ferrari rebondiront ce week-end sur le tout nouveau tracé de Miami. Il y a beaucoup d’effervescence à l’approche de ce Grand Prix en Floride, et pour nous au Québec, cela signifie aussi un horaire beaucoup plus clément pour ceux qui aiment se lever plus tard comme moi ! La séance qualificative sera présentée à 16h ce samedi, tandis que le départ de la course sera donné à 15h30 dimanche.


#Chronique #dOlivier #Larue #avertissement #pour #Ferrari

Leave a Comment

Your email address will not be published.