Bourse : Wall Street termine en baisse, mais limite ses pertes grâce à un rebond technique

Bourse : Wall Street termine en baisse, mais limite ses pertes grâce à un rebond technique

(Photo : Getty Images)

REVUES DE MARCHE. La Bourse de New York a terminé la semaine en baisse vendredi, parvenant néanmoins à limiter ses pertes grâce à un rebond technique, même si les investisseurs restent moroses.

Pour (re)consulter l’actualité du marché

Indices boursiers à la clôture

À Toronto, le S&P/TSX recule de 62,89 points (-0,30%) à 20 633,28 points.

A New York, le S&P500 baisse de 23,53 points (-0,57%) à 4 123,34 points.

la Nasdaq a terminé en baisse de 173,03 points (-1,40%) à 12 144,66 points.

la DOW recule de 98,60 points (-0,30%) à 32 899,37 points.

la plongeon était inférieur de 0,0045 USD (-0,5740 %) à 0,7747 USD.

la huile a terminé en hausse de 2,31 $ US (+2,13 %) à 110,57 $ US.

or a augmenté de 5,50 USD (+0,29 %) pour atteindre 1 881,20 USD.

la bitcoins a terminé en baisse de 346,45 $ US (-0,95 %) à 35 937,47 $ US.

Jeudi, le marché new-yorkais avait plongé, s’inquiétant à nouveau de la trajectoire monétaire de la banque centrale américaine (Fed), ainsi que des incertitudes géopolitiques et économiques.

“Les marchés continuent de se demander si la Fed peut réussir à amener l’économie (américaine) à un atterrissage en douceur”, ont écrit les analystes de Schwab dans une note.

En baisse de près de 5% jeudi, le Nasdaq affiche désormais une perte de plus de 25% depuis son plus haut de fin novembre.

Déjà ciblées jeudi, les plus grosses capitalisations du classement, toutes valeurs technologiques, restaient nettement dans le rouge, à l’instar d’Amazon (-1,54%), Tesla (-0,56%), en passant par Nvidia (-1,02%) ou Alphabet (-1,17%). ).

L’indice VIX, qui mesure la volatilité des marchés, a encore augmenté de 12 %, en hausse de 34 % sur deux jours.

Toujours en train de digérer les annonces de la Fed mercredi, les taux obligataires montaient encore un peu. Le rendement des obligations d’État américaines à 10 ans a augmenté à 3,12 %, puis est retombé à 3,06 %.

Les traders n’étaient pas ravis du rapport mensuel sur l’emploi aux États-Unis.

D’abord séduits par les 428 000 créations d’emplois en avril, mieux que les 380 000 attendus, ils ont ensuite vu des éléments moins encourageants.

La révision à la baisse de 39 000 pour le mois de mars a ainsi tempéré le chiffre d’avril.

“Une réévaluation à la baisse suggère un changement de rythme” sur le marché du travail, décrypte, dans une note, Chris Low, de FHN Financial, alors que le spectre d’un ralentissement économique plane depuis plusieurs semaines déjà.

Par ailleurs, les économistes s’inquiètent d’une légère baisse du taux d’activité (rapport entre les personnes en emploi ou en recherche d’emploi et la population en âge de travailler).

C’est “un signe inquiétant pour les entreprises confrontées à l’un des marchés de l’emploi les plus tendus depuis des décennies”, a déclaré Peter Essele du Commonwealth Financial Network.

“Il n’y a rien là-dedans qui puisse orienter la Fed dans un sens ou dans l’autre”, a néanmoins conclu Chris Low.

Pour Peter Cardillo, de Spartan Capital, la poursuite de la baisse de Wall Street est avant tout liée à des facteurs techniques. “L’indice S&P est à un niveau crucial”, a-t-il expliqué, et s’apprête à tester le seuil des 4 100 points.

S’il parvient à clôturer au-dessus de ce niveau, “cela pourrait soulager un peu le marché”, a-t-il déclaré. En effet, après un premier dérapage, les indices ont légèrement rebondi vers 14h00 GMT.

En marge, le spécialiste des services de paiement Block (ex-Square), emmené par l’ancien patron de Twitter, Jack Dorsey, a essuyé une averse (-5,86% à 89,95 dollars), après avoir fait état de résultats en deçà des attentes.

La plateforme de livraison de repas DoorDash a fuité (-8,98 % à 66,58 $) malgré des revenus plus élevés que prévu alors que les investisseurs se concentrent sur la poursuite de la décélération de la croissance après les millésimes 2020 et 2021 dopés par la pandémie.

Under Armour a été taclé par les investisseurs (-24,98% à 9,98 dollars) après des résultats et des prévisions jugés décevants. L’équipementier sportif anticipe une baisse de ses marges ainsi qu’une perte de croissance d’environ 3 points de pourcentage en raison de problèmes d’approvisionnement.

La séance s’annonçait morose (-10,58% à 15,21 dollars) pour le spécialiste des vélos d’appartement et des tapis de course connectés Peloton, qui serait à la recherche d’investisseurs prêts à prendre une participation minoritaire de l’ordre de 15 à 20%, selon Wall Street. Journal, pour renflouer les caisses du groupe, actuellement en difficulté

Le contexte

Après avoir connu jeudi sa pire séance depuis 2020, le marché new-yorkais semblait initialement parti pour revivre un cauchemar en début de séance, le Nasdaq chutant jusqu’à 2,65%.

L’indice à fort parfum technologique est même passé brièvement sous la barre des 12 000 points pour la première fois en 16 mois, affichant une perte de plus de 26 % depuis son sommet de novembre dernier.

Peter Cardillo, de Spartan Capital, avait prévenu que les indices s’approchaient, à la baisse, d’importants seuils techniques et risquaient d’y trouver matière à un rebond. C’est ce qui s’est passé en milieu de matinée.

“Le mécanisme a fonctionné et a empêché les prix de baisser”, a expliqué Karl Haeling, de la banque LBBW. “Mais ça aurait peut-être été mieux s’ils avaient encore baissé de 5%”, comme la veille.

Pour l’analyste, ce rebond technique réduit la probabilité que les investisseurs considèrent les niveaux actuels comme un plancher et recommencent à acheter.

Le rapport mensuel sur l’emploi américain, publié avant la Bourse, n’a pas aidé les opérateurs à sortir de leur morosité.

D’abord séduits par les 428 000 créations d’emplois en avril, meilleures que prévu, ils ont ensuite vu des éléments moins encourageants.

La révision à la baisse de 39 000 pour le mois de mars a ainsi tempéré le chiffre d’avril.

Par ailleurs, les économistes s’inquiètent d’une légère baisse du taux d’activité (rapport entre les personnes occupées ou à la recherche d’un emploi et la population en âge de travailler), alors que le marché du travail est déjà agité.

“Il n’y a rien là-dedans qui puisse orienter la Fed d’une manière ou d’une autre”, a cependant conclu Chris Low de FHN Financial.

Sur le marché obligataire, les rendements ont poursuivi leur remontée, stimulés par la perspective que le principal taux d’intérêt de la banque centrale américaine (Fed) atteigne au moins 3% d’ici la fin de l’année, un scénario dont la probabilité est de 85% pour les opérateurs.

Le rendement des obligations d’État américaines à 10 ans a grimpé à 3,14 %, non loin de 3,26 %, soit le plus haut niveau de ses 11 dernières années.

“En définitive, la question est de savoir s’il est possible pour la politique monétaire de ramener l’inflation à un rythme acceptable sans provoquer de récession à long terme”, a argumenté Karl Haeling.

Est populaire, Sous Armure (UA) a été abordé par les investisseurs (-25,88 % à 9,85 $ US) après des résultats et des prévisions jugés décevants. L’équipementier sportif anticipe une baisse de ses marges ainsi qu’une perte de croissance d’environ 3 points de pourcentage en raison de problèmes d’approvisionnement.

La publication est intervenue en parallèle avec celle de l’allemand Adidas, qui a lui aussi souffert des confinements en Chine et abaissé ses objectifs de marge pour l’année.

Ces mauvais chiffres ont mis à mal tout le secteur du sportswear, Nike (NKE) (-3,49%) à Lululemon (LULU) (-7,73%).

La plateforme de livraison de repas DoorDash (DASH) a été pénalisé (-1,42 % à 72,11 $) malgré des ventes supérieures aux attentes, les investisseurs s’attardant sur la poursuite du ralentissement de sa croissance, après des millésimes 2020 et 2021 dopés par la pandémie.

Journée difficile aussi (-7,70% à 15,70€) pour le spécialiste des vélos d’appartement et tapis de course connectés Peloton (PTON)qui serait à la recherche d’investisseurs prêts à prendre une participation minoritaire de l’ordre de 15 à 20 %, selon le Wall Street Journal, pour renflouer les caisses du groupe, actuellement en difficulté.


#Bourse #Wall #Street #termine #baisse #mais #limite #ses #pertes #grâce #rebond #technique

Leave a Comment

Your email address will not be published.