Groupe D Resto : au tour de l'employeur de présenter son CV

Groupe D Resto : au tour de l’employeur de présenter son CV

En cette période de crise du travail, les chefs d’entreprise innovent pour retenir leurs talents. Chez Groupe D Resto, le fondateur J. Daniel Tremblay a décidé d’ouvrir l’actionnariat à un groupe de gestionnaires et c’est maintenant l’entreprise qui présente son CV aux chercheurs d’emploi.

• Lisez aussi : Lowe’s Canada : 500 emplois à combler dans ses magasins de Québec

• Lisez aussi : Effort général de formation des sauveteurs aquatiques

• Lisez aussi : Travailleurs étrangers : la suspension des EIMT réclamée par les associations hôtelières québécoises

200. C’est le nombre d’employés qui manquent dans les 24 restaurants du Groupe D Resto. Ce dernier, dont le terrain de jeu est l’Est du Québec, compte près de 900 travailleurs et possède les franchises La Belle et La Bœuf, Starbucks, Mikes, Scores, Bâton Rouge et Entre-Côte Riverin.

Le manque de personnel n’est pas sans conséquence. Cette situation touche tous les restaurants du groupe, dont certains sont actuellement contraints de réduire leurs horaires d’ouverture voire de fermer certains jours.

Les projets d’agrandissement ont également été ralentis en raison de problèmes de main-d’œuvre et des répercussions de la pandémie.

Ces dernières semaines, pour recruter, l’entreprise a décidé, entre autres, d’inverser les rôles entre l’employeur et les demandeurs d’emploi en mettant à jour son CV dont la première expérience remonte à 1982.

« Notre volonté est de faire la lumière sur Groupe D Resto pour en faire une marque employeur reconnue afin de réduire l’impact de la pénurie de main-d’œuvre », a indiqué le Enregistrer le vice-président, Alexandre Paradis.

« Dans un marché candidat comme aujourd’hui, ce n’est plus nous qui interrogeons nos futurs collaborateurs. Ce sont eux qui viennent nous voir et nous demandent ce que nous avons à offrir », a-t-il ajouté.

Avec la pénurie de main-d’œuvre, le taux de chômage était de 3,9 % à l’échelle de la province en avril, les restaurateurs peinent à embaucher de nouveaux employés en prévision de la saison estivale.

Recrutement à l’étranger

Dans le CV de Groupe D Resto intitulé interviewez-nous, le parcours professionnel de l’entreprise est détaillé ainsi que ses succès et ses valeurs. Ce document sera distribué à tous les salons de l’emploi.

Le recrutement à l’étranger est également une avenue privilégiée par la direction pour pallier son manque de personnel. D’ici 2023, elle prévoit d’avoir 83 travailleurs étrangers dans ses rangs.

Plusieurs sont déjà sur le sol québécois, une dizaine devrait arriver en 2022 et une quarantaine l’an prochain.

M. Paradis ajoute que ses troupes cherchent également à robotiser et à automatiser davantage les équipements des restaurants pour aider dans la cuisine et les salles à manger.

“C’est un must”, a-t-il dit.

Partage en récompense

De plus, afin de récompenser et de retenir certains dirigeants, le propriétaire, J. Daniel Tremblay, a permis à sept dirigeants d’acheter des actions de l’entreprise, dont le pourcentage n’est pas divulgué.

La transaction devrait être officialisée d’ici la fin de l’année.

L’objectif du patron est aussi d’assurer la relève. Dans les prochaines années, d’autres blocs d’actions devraient être disponibles pour les travailleurs.

« C’est une grosse bouchée à avaler. On dit qu’on mange un éléphant une bouchée à la fois. Nous avons acheté une petite partie », a déclaré M. Paradis, qui se retrouve parmi les nouveaux copropriétaires.

“Nous avons traversé de grandes périodes de turbulences au cours des deux dernières années, et cela nous a soudés en tant qu’équipe”, a-t-il conclu.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.


#Groupe #Resto #tour #lemployeur #présenter #son

Leave a Comment

Your email address will not be published.