Une rupture évidente

Une rupture évidente

Les funérailles nationales de Guy Lafleur, mardi dernier, ont permis non seulement de rendre hommage à l’image de l’homme qu’il était, mais aussi de démontrer la solidarité qui unit encore aujourd’hui les anciens Canadiens. J’espère que les joueurs de l’édition actuelle ont pris des notes.

Yvan Cournoyer, Patrick Roy, Guy Carbonneau et Larry Robinson ont défilé un à un, livrant chacun un récit poignant de leurs souvenirs du n°10. Rien à redire. On a vu la sincérité dans le regard de ces grands de l’histoire du CH.

Assis dans le public, Nick Suzuki, Cole Caufield, Alexander Romanov et compagnie ont vu un Larry Robinson ému prononcer un discours touchant, et, en plus, en français.

Honnêtement, je n’ai pas pu m’empêcher de voir le grand fossé entre la génération d’aujourd’hui et celle de l’époque de Guy.

Ils étaient tous là, les anciens, droits et fiers de parler de leur ancien coéquipier. Même s’ils sont à la retraite depuis des années, on a l’impression qu’ils font toujours partie de la même équipe.

Pendant ce temps, je regardais les joueurs actuels. Immédiatement après la cérémonie, ils se sont tous dépêchés de quitter la cathédrale Marie-Reine-du-Monde dans leur limousine. Leurs valises étaient probablement déjà prêtes. Au revoir, Montréal, à bientôt au camp d’entraînement.

UNE HONTE

D’un côté, il y avait tous ces grands qui ont forgé la grande histoire du Tricolore et de l’autre, cette formation qui vient de terminer 32e et dernière de toute la LNH, derrière une équipe d’expansion.

Encore une fois, j’espère qu’ils ont pris des notes. J’espère qu’au fond d’eux-mêmes, ils se sont sentis un peu gênés de porter le même pull que ces grands qui, ensemble, ont je ne sais combien de tasses.

Maintenant, tout le monde a quitté Montréal. Nous reverrons les membres de l’organisation lors du repêchage de la LNH à Montréal les 7 et 8 juillet prochains. Ce sera alors la fête! Tout le monde aura le sourire, nous viendrons présenter le premier choix de l’équipe.

Cependant, ce n’est pas normal. Le Canadien ne peut pas être une équipe comme les autres qui, de temps à autre, se retrouve dans le bas du classement. Il compte trop pour le peuple pour avoir des normes aussi basses.

Les Canadiens de Montréal ne sont pas que des bannières hissées au plafond du Centre Bell ou des photos des plus grands dans le vestiaire de l’équipe. La tradition doit continuer.

BRISEZ LES CLICS

Pour cela, Kent Hughes et Jeff Gorton vont devoir prendre de grandes décisions. Arrêtons de privilégier certains anciens combattants et ramenons le concept d’équipe.

Pour le reste, laissons les joueurs se concentrer sur leur entraînement estival.

Quoi qu’il en soit, ne vous inquiétez pas les gars, les alumni vont être là pour vous représenter dans les différents événements caritatifs. Préparer
Gardez en tête une chose : vous étiez la pire équipe de toute la Ligue nationale de hockey cette saison. N’arrivez pas avec de beaux discours d’excuses, mais plutôt des gestes concrets pour qu’une saison comme celle qui vient de se terminer ne se reproduise plus jamais.

N’oubliez pas que chacun des joueurs que votre équipe a repêché avec ses nombreux choix au cours des dernières années n’a qu’un seul objectif en tête : vous voler votre emploi.

Avant tout, j’espère que vous avez pris des notes mardi. Vous avez vu, en l’espace de quelques heures, ce que les Canadiens représentent pour toute la province de Québec.

A vous maintenant de reprendre le flambeau.

Entrevue par Kevin Dubé

Échos de Bergie

grandes dames
Depuis deux semaines, les hommages à Guy Lafleur et Mike Bossy se multiplient. Personnellement, depuis l’annonce du décès des deux hommes, je ne peux m’empêcher de penser à leurs épouses, Lucie Bossy et Lise Lafleur. Ces grandes dames ont côtoyé leurs maris à travers les hauts et les bas de leur carrière. Dans l’ombre, elles voyaient leurs maris être des idoles pour de nombreuses Québécoises. Heureusement, je sais que Mike et Guy ont été de bons pères de famille. Malgré la gloire et le succès, ils sont retournés dans leur famille avec une énorme simplicité. Ils étaient de bons maris et de bons pères.

Décision décevante
Cole Caufield et Nick Suzuki ne représenteront pas leur pays respectif au Championnat mondial de hockey. Honnêtement, ça me déçoit beaucoup de la part des deux jeunes joueurs du Tricolore. Dans le cas de Suzuki, on nous dit qu’il serait blessé. C’est drôle, mais jusqu’à la toute fin, il jouait 22-23 minutes par match. Les deux attaquants ont une chance incroyable d’acquérir de l’expérience sur la scène internationale. Après avoir terminé 32e dans la LNH, je ne pense pas qu’il aurait été mal d’aller accumuler de l’expérience. Peut-être que Suzuki et Caufield devraient s’inspirer d’Alex Ovechkin qui, année après année, se précipite pour monter dans le premier avion pour rejoindre son équipe nationale lorsque les Capitals de Washington sont éliminés.

Un concept à revoir
Les séries éliminatoires de la LNH ont été un grand spectacle jusqu’à présent. Cependant, je dois mentionner que je n’ai pas aimé que le premier match entre les Penguins et les
Les Rangers terminent dans la troisième période de prolongation. C’est inhumain. À mon avis, la LNH devrait introduire une prolongation à trois contre trois jusqu’à ce qu’il y ait un vainqueur. Cela réduirait considérablement le temps des matchs et ce serait plus sûr pour les joueurs. Après tout, tous les gens qui m’ont dit qu’ils trouvaient ça génial n’ont même pas pu regarder jusqu’à la fin ! La LNH ne gagne rien à présenter ce genre de match. Au final, le spectacle s’en ressent, les joueurs sont présents pendant 20 secondes et se retirent sans bon sens puisque personne ne veut se rendre coupable de l’erreur qui a fait perdre votre équipe.


#Une #rupture #évidente

Leave a Comment

Your email address will not be published.