Le taux de rafraîchissement variable PS5 dans le test : une révélation sur certains jeux, une déception sur d’autres

7

Le 26 avril 2022, la PlayStation 5 de Sony a reçu sa compatibilité tant attendue avec les écrans à taux de rafraîchissement variable (VRR). Certains jeux bénéficient d’un gain de fluidité spectaculaire, tandis que sur d’autres, comme Anneau d’Eldenle résultat est décevant.

Sony PlayStation 5 (PS5)

Sony PlayStation 5 (PS5)
Vainqueur étoile LesNumuelles 2020/2021

Noter Numérique

Note de l'éditeur : 5 sur 5

Note : 3 sur 5

(4)

  • eBayeBay

    77,45

  • AmazoneAmazone

    499,99

  • boulanger.comboulanger.com

    499,99

  • Darty.comDarty.com

    499,99

  • CdiscountCdiscount

    499,99

  • MicromanieMicromanie

    499,99

  • Asgoodasnew.comAsgoodasnew.com

    709.00

  • eBayeBay

    768,99

  • RakutenRakuten

    824,88

Comment fonctionne le tableau des prix

Sony PlayStation 5 (PS5) Édition numérique

Prix ​​de lancement 399€

Sony PlayStation 5 (PS5) Édition numérique
Vainqueur étoile LesNumuelles 2020/2021

Noter Numérique

Note de l'éditeur : 5 sur 5

  • AmazoneAmazone

    399,99

  • Fnac.comFnac.com

    399,99

  • CdiscountCdiscount

    399,99

  • CdiscountCdiscount

    399,99

  • MicromanieMicromanie

    399,99

Comment fonctionne le tableau des prix

Le mardi 26 avril 2022 a marqué la fin d’un an et demi d’attente pour les heureux propriétaires d’une PlayStation 5 et d’un écran HDMI 2.1 à la pointe de la technologie. Ce jour-là, la console nouvelle génération de Sony a finalement reçu une mise à jour lui permettant de prendre en charge les écrans à taux de rafraîchissement variable (VRR), ce que le fabricant avait promis avant le lancement. de la machine en novembre 2020.

Pour rappel, VRR désigne la possibilité pour l’écran de synchroniser son taux de rafraîchissement en temps réel avec la fréquence d’images produite par le processeur graphique de la machine de jeu – dans la limite d’une certaine plage. Avantage du procédé : pouvoir sortir du fréquence d’images du jeu fluctuent librement dans ladite plage, sans que cela n’entraîne jamais de saccades (affichage sans VRR avec synchronisation verticale) ou de déchirement de l’image (sans synchronisation verticale). À la fincela permet donc de lisser les ralentissements d’un jeu qui ne serait pas en mesure de tenir parfaitement son son. fréquence d’images cible, ou simplement déverrouiller le fréquence d’images pour laisser la console produire autant d’images par seconde que possible à tout moment, ce qui donne une animation à l’écran aussi fluide que physiquement possible.

Pour ce faire, la PS5 utilise la norme HDMI VRR qui fait partie de la spécification HDMI 2.1. Pour en profiter, il faut donc évidemment connecter la console à un téléviseur qui supporte aussi expressément le HDMI VRR. C’est le cas de la plupart des écrans se réclamant compatibles HDMI 2.1, mais pas tous ; la plus grande prudence s’impose donc si vous souhaitez vous équiper. Critiques télévisées de Numérique sont bien entendu à votre service pour vous renseigner sur la présence ou non de ce support sur le modèle qui vous intéresse.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Les porte-drapeaux Homme araignée et Cliquet & Clank à 90 ips

La PS5 n’est pas la première console de jeu compatible VRR : ses grandes rivales, les Xbox Series X et S, le sont depuis leur premier jour de disponibilité… et pour être honnête, même les Xbox One X et S avaient été rendues compatibles en 2018 Maintenant que les deux adversaires peuvent enfin être mis face à face, il y a une différence fondamentale de philosophie. Côté Xbox, le VRR est implémenté comme une fonctionnalité système injectée dans les pilotes graphiques de la machine, et s’active donc de manière totalement transparente pour les jeux (donc, pour tous les titres sans aucune exception). A l’inverse, la PS5 invite les développeurs à intégrer le support natif du VRR dans leurs jeux. Cette approche a son avantage, car elle permet aux développeurs qui souhaitent faire cet effort de concevoir de nouveaux modes de fonctionnement et de nouvelles optimisations exploitant spécifiquement les possibilités offertes par le VRR.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Le VRR ne fonctionne évidemment que si l'option appropriée est activée dans les paramètres de la PS5.

Le VRR ne fonctionne évidemment que si l’option appropriée est activée dans les paramètres de la PS5.

Parmi la première vague de jeux “officiellement” compatibles, une magnifique démonstration des dites possibilités est offerte par le studio toujours pionnier Insomniac Games. Des trois jeux déjà sortis par le studio sur PS5 (Spider-Man remasterisé, Spider-Man Miles Morales et Ratchet & Clank Rift à part), dès que la console est connectée à un écran VRR 120 Hz, le fréquence d’images est déverrouillé pour offrir une expérience vraiment transfigurée par rapport à ce que vous obtenez sur un écran à 60 Hz à rafraîchissement fixe.

Les modes d’affichage “fidélité”, en 4K quasi natif avec des reflets en tracé laser, sont libérés de leur verrouillage à 30 ips et gravitent désormais autour de 45,50 ips – avec même quelques pics taquinant 60 ips. Quant aux modes “Performance”, ils passent de 60 fps à une moyenne approchant les 90 fps. Le résultat à l’écran est vraiment prodigieux en Cliquet & Clank notamment : le jeu est encore aujourd’hui l’une des plus belles démos graphiques de la PS5, et il est désormais aussi l’un des meilleurs ambassadeurs du confort offert par des fréquences d’images très élevées.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Spider-Man Miles Morales tourne en mode Performance RT sur un téléviseur LG Oled CX.  Les paysages urbains ouverts comme celui-ci sont ceux qui font chuter le framerate à ses valeurs les plus basses.  On reste cependant très confortablement au-dessus des 60 fps.  © Sony Interactive Entertainment

Spider-Man Miles Morales fonctionnant en mode Performance RT sur un téléviseur LG Oled CX. Les panoramas urbains ouverts de ce type sont ceux qui font tomber fréquence d’images à ses valeurs les plus basses. On reste cependant très confortablement au-dessus des 60 fps. © Sony Interactive Entertainment

Cependant, le fait est qu’à l’heure actuelle, le cas Insomniac est une exception; les autres implémentations disponibles sont très conventionnelles. Ils n’en sont pas moins appréciables pour autant. Surtout dans les modes 120 ips de jeux comme appel de l’avant-garde du devoirDevil May Cry 5 édition spécialel’activation du VRR rend les chutes relativement fréquentes à 100 voire 90 fps presque imperceptibles dans le feu de l’action.

Les jeux « incompatibles » sont toujours compatibles, mais…

Qu’en est-il des jeux sans prise en charge formelle du VRR ? C’est malheureusement ici que les petites frustrations commencent à émerger. Certes, la PS5 a la décence de permettre à l’utilisateur de forcer l’activation du VRR sur ces jeux, mais l’effet, bien qu’indéniablement bénéfique, n’atteint pas tout à fait le niveau espéré.

Premièrement, la plage VRR de la PS5 se contente d’une limite inférieure à 48 Hz (contre 40 Hz sur Xbox), ce qui signifie que sur les jeux dont fréquence d’images est déverrouillé, mais ne reste pas systématiquement au-dessus de 48 ips, le VRR subit des abandons. La solution à cela aurait pu être la technique LFC (Low Framerate Compensation), mais malheureusement la console n’applique pas cette technique au niveau du système. Et si les jeux Insomniac parviennent à afficher correctement les fréquences d’images en VRR en dessous de cette limite, c’est parce que les ingénieurs du studio, décidément zélés, ont pris la peine de développer leur recette “maison” de LFC. Une tâche que tous les développeurs ne pourront pas se permettre d’accomplir, loin de là.

On plaçait évidemment beaucoup d'espoir sur l'affaire Elden Ring… © FromSoftware – Bandai Namco

Nous avons évidemment placé beaucoup d’espoir sur l’affaire Anneau d’Elden… © FromSoftware – Bandai Namco

A cela s’ajoute encore un problème récurrent sur les jeux non patchés de mauvaise synchronisation entre la simulation du monde du jeu et les instants de rendu des images par le GPU, ce qui fait qu’il y a toujours une petite irrégularité dans l’animation lors des chutes de fréquence d’images, et donc de petits à-coups – certes beaucoup moins violents que ce que l’on verrait sans VRR, mais toujours présents. C’est ce qui fait que sur un titre comme l’essentiel Anneau d’Eldendont on connaît les importants soucis de performances, le VRR à la sauce PS5 ne suffit pas à assainir complètement l’expérience de jeu. Et c’est donc la version Xbox Series X du jeu sur écran VRR qui reste à ce jour notre façon préférée de pratiquer le jeu sur console. nouvelle génération.

#taux #rafraîchissement #variable #PS5 #dans #test #une #révélation #sur #certains #jeux #une #déception #sur #dautres

Leave a Comment

Your email address will not be published.