Intolérance au gluten, maladie cœliaque : focus sur ces affections qui touchent près de 100.000 Belges

Intolérance au gluten, maladie coeliaque : focus sur ces affections qui touchent près de 100.000 Belges

C’est un mal, ou plutôt des maux, qui touchent beaucoup de monde :ddiarrhée, douleurs abdominales, perte de poids, constipation, fatigue chronique, problèmes de peau, les aphtes… des symptômes parfois contradictoires qui peuvent être des signes de maladie cœliaque ou « d’intolérance au gluten ».

Alors que certains craquent pour la tendance “sans gluten” – prônant une hygiène de vie plus saine -, d’autres sont obligés de retirer cette protéine de leur alimentation au risque de voir leur état de santé se détériorer.

C’est particulièrement le cas pour les personnes atteintes de la maladie coeliaque, une maladie auto-immune affectant les villosités situées sur la paroi de l’intestin grêle.

La maladie coeliaque, trop rarement détectée

Concrètement, en cas d’exposition au gluten, l’organisme des personnes coeliaques va produire des anticorps provoquant une réaction inflammatoire du duodénum (la partie de l’intestin grêle située à la sortie de l’estomac). Ces anticorps vont attaquer la paroi intestinale, empêchant les différents composants alimentaires d’être correctement absorbés par l’organisme.

Les personnes atteintes de la maladie cœliaque qui mangent du gluten sont les plus à risque de carence alimentaire“, prévient Françoise Smets, doyenne et professeure de la faculté de médecine de l’UCLouvain, spécialiste de la maladie coeliaque. “En raison de leurs villosités intestinales dégradées, ces personnes peuvent manquer de nutriments. Cela peut entraîner une ostéoporose osseuse (due à un manque d’absorption du calcium et de la vitamine D), une anémie, une dépression, une infertilité ou un risque accru de cancers intestinaux.“, détaille l’expert.

La plupart des patients ne savent pas qu’ils l’ont

En Europe, on estime qu’une personne sur cent est touchée par cette maladie. Ce sont donc plus de 100.000 Belges qui pourraient être impactés dans notre pays »mais une grande partie d’entre eux ne savent pas qu’ils sont touchés” précis Françoise Smets.

Les symptômes classiques de la maladie sontdiarrhée, douleurs abdominales ainsi que des signes de malabsorption tels que perte de poids ou fatigue chronique.

Cependant, la maladie provoque peu de symptômes dans la plupart des cas, ce qui la rend difficile à détecter. Elle est aussi souvent suspectée lors des examens sérologiques, lorsque les analyses de sang indiquent des carences.

En effet, seule une personne malade sur cinq est diagnostiquée, ce qui peut représenter un problème de santé : “Certains ne sont pas conscients de leurs carences car elles ne sont pas toujours visibles de l’extérieur. Ces carences sont souvent avancées quand on se rend compte de ces», explique le professeur.

Il semble également que la maladie apparaît plus régulièrement chez les personnes génétiquement prédisposées. Selon l’association des gastroentérologues du CHC (sites cliniques CHC MontLégia et clinique Notre Dame à Waremme), “Les parents au premier degré des patients cœliaques (parents, frères, sœurs, oncle, tante et enfants) ont un risque moyen de développer la maladie de 10 %.

Cependant, la maladie ne peut être validée que par une biopsie, qui est réalisée par gastroscopie chez un gastro-entérologue. Elle peut débuter à tout âge et les femmes sont 2 à 3 fois plus touchées que les hommes.

Invalidant dans la vie et impossible à traiter

Il n’existe actuellement aucun traitement pour la maladie coeliaque. La seule solution pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque est de supprimer complètement le gluten de leur alimentation, sinon leur santé se détériorera. Une mesure compliquée à prendre, tant socialement que d’un point de vue pratique.

C’est difficile à dire “Je ne mange pas de gluten” quand vous sortez avec des amis, qui apprécient un repas que vous ne pouvez pas manger“, témoigne Gaëlle Dodeur, administratrice de la Société Belge de Scoeliaquia (SBC). “C’est difficile sur le plan social car les personnes cœliaques n’ont pas le droit d’être séparées. Ils paient cher la moindre farce, accidentelle ou non. Ils sont tout de suite en gêne d’un point de vue intestinal et ils perdent tous les efforts qu’ils ont fournis auparavant car leurs villosités vont devoir se régénérer“.

#Intolérance #gluten #maladie #coeliaque #focus #sur #ces #affections #qui #touchent #près #Belges

Leave a Comment

Your email address will not be published.