Ski acrobatique |  Justine Dufour-Lapointe, l'heure des questions

Ski acrobatique | Justine Dufour-Lapointe, l’heure des questions

Justine Dufour-Lapointe brille. Un peu plus de trois mois après sa déception aux JO, la skieuse de 28 ans réfléchit à la suite de sa carrière. « Je prends du temps pour moi, pour voir ce que je veux faire, ce que je ressens », dit-elle.

Publié à 14h12

Catherine Harvey Pinard

Catherine Harvey Pinard
La presse

La Montréalaise était tout sourire mardi matin lorsqu’elle est arrivée au parc Maisonneuve à Montréal pour la grande fête FitSpirit. En tant que marraine de l’organisme, elle est venue rencontrer, et surtout encourager, les 2 000 adolescentes venues s’essayer à différents sports dans une ambiance conviviale, sans pression et sans jugement.

La dernière réunion de La presse avec le skieur remonte au 6 février, aux Jeux de Pékin. L’athlète venait de chuter assez violemment en finale olympique, un déchirement déchirant après quatre longues années de travail. “Mon cœur est en morceaux, mais je n’ai aucun regret”, avait-elle déclaré aux médias à l’époque.

Trois mois plus tard, la déception a fait place à l’acceptation.

“Il faut accepter, vivre avec”, suggère-t-elle. Je ne veux pas avoir un goût amer à ce sujet parce que le travail que j’ai fourni est le même, peu importe le résultat que j’ai obtenu à ces Jeux. C’est ce que je veux retenir. »

Ma thérapie consiste à en parler. C’est pour en parler car ça arrive à tout le monde d’avoir des ratés, de chuter.

Justine Dufour Lapointe

On dit souvent que l’important, après un échec, c’est de se relever. C’est ce qu’a fait le plus jeune des célèbres frères et sœurs. Après sa chute, elle a terminé sa descente avant de saluer les Québécois en s’adressant à la caméra, le sourire aux lèvres malgré tout. Elle s’autorisa alors à libérer sa douleur dans les bras de ses sœurs. Une scène émouvante.

« Je suis extrêmement fier de la façon dont [dont j’ai géré] tout ça », dit-elle. C’est ce qui me chagrine un peu à travers tout ça, c’est qu’il y a beaucoup de beauté. Je suis heureux de le partager, de donner des conférences, d’en parler. Ça fait du bien. C’est ce que je réalise. Plus j’en parle, mieux je me sens. Je n’ai pas besoin de me cacher sous un rocher. Je n’ai pas honte de ce que j’ai fait.

“Si je peux aider d’autres personnes à surmonter des difficultés, j’aurai au moins fait cela”, ajoute-t-elle.

En réflexion

Après les Jeux, Justine Dufour-Lapointe a participé à une finale de Coupe du monde à Megève, en France, où elle a remporté 5et rang.

Depuis, “ça n’a pas arrêté”, dit-elle en souriant. Disons que les activités ne manquent pas. Elle a pris des vacances aux Bahamas avec sa famille, en plus de skier dans les Alpes françaises et au Colorado.

“Il faut du temps pour redescendre des Jeux”, a-t-elle déclaré. Nous pensons que c’était juste les Jeux il y a trois mois, mais non. Pour nous, cela fait quatre ans. Nous ne faisons cela que depuis quatre ans. Nous n’avons vu cela que dans notre soupe. Du jour au lendemain, c’est fini. »

L’heure est aux réflexions. Pour poser « les grandes questions ». Pour décider de la suite. Va-t-elle se lancer dans une autre saison et un autre cycle olympique, ou va-t-elle dire adieu à la compétition ? Rappelons que sa soeur Maxime a pris sa retraite il y a quelques années, alors que Chloé a participé à ses derniers Jeux en février.

“Je suis encore un peu dans cette zone, cette zone tampon, cette zone grise, dans laquelle je me pose des questions”, explique Justine Dufour-Lapointe. […] C’est savoir ce que je veux faire de ces prochaines années. Ce sont de grandes décisions et ne sont pas prises à la légère. C’est ici que je suis.

“Je vais te raconter tout ça un jour, quand ça sera plus clair dans ma tête. Là, ça n’y est pas !” conclut-elle en riant.


#Ski #acrobatique #Justine #DufourLapointe #lheure #des #questions

Leave a Comment

Your email address will not be published.