Andreescu ne peut pas résister au n°1 mondial

Andreescu ne peut pas résister au n°1 mondial

ROME – La Canadienne Bianca Andreescu n’a pas pu résister au rouleau compresseur de la Polonaise Iga Swiatek alors qu’elle s’est imposée 7-6 (2) et 6-0 en quart de finale de l’Open de tennis vendredi en Italie.

Meilleure joueuse du monde depuis le surprenant abandon de l’Australienne Ashleigh Barty en mars dernier, Swiatek a signé une 26e victoire consécutive et porté son record en simple à 35-3 depuis le début de la saison. C’est aussi la 13e fois en 2022 que Swiatek remporte une manche par blanchissage.

Sa dernière défaite remonte au 16 février lors du tournoi de Dubaï face à Jelena Ostapenko. Barty et l’Américaine Danielle Collins sont les seules autres joueuses à avoir battu Swiatek jusqu’à présent cette année.

Andreescu a eu de bons moments dans le premier set, mais par vagues. Le Canadien a notamment pris les devants 3-2 grâce à des interruptions de service successives lors des troisième et cinquième matchs.

Swiatek a changé les choses avec des pauses dans les jeux six et huit et s’est mise en position pour terminer le premier set sur son service avec une avance de 5-3.

Cependant, Andreescu a répondu avec huit points d’affilée et tout à coup le match était à égalité 5-5.

Au bris d’égalité, Swiatek a pris les devants 2-1 avec une mini-pause sur un point contesté par Andreescu, qui pensait que le tir du Polonais était tombé au-dessus de la ligne de fond.

Swiatek a remporté cinq des six points suivants pour clôturer le premier set en 70 minutes.

La tendance qui s’est développée dans ce bris d’égalité s’est poursuivie dans le deuxième set. À tel point qu’Andreescu n’a eu que neuf des 35 points qui ont été joués.

Tirant de l’arrière 15-30 sur le service du Canadien lors du premier match du set, Swiatek a lancé une séquence irrésistible de 14 points.

Le deuxième set n’a duré que 34 minutes et s’est terminé lorsque Andreescu a envoyé un revers dans le filet après avoir résisté à deux balles de match.

En demi-finale de samedi, Swiatek affrontera la Biélorusse Aryna Sabalenka, qui a battu l’Américaine Amanda Anisimova 4-6, 6-3, 6-2.

De son côté, Sabalenka, tête de série no. 3, a décroché son ticket pour les demi-finales du tableau féminin.

Sabalenka a dominé en trois sets (4-6, 6-3, 6-2 en 1h51) l’Américaine Amanda Anisimova (32e mondiale), qui venait de la battre à Madrid.

C’est la première fois que la Biélorussie prend le dessus sur cet adversaire qui avait remporté ses quatre confrontations précédentes. Elle a notamment été libérée fin avril par l’Américaine au premier tour du tournoi de Madrid, dont elle était tenante du titre.

Jabeur se donne des sueurs froides

La Tunisienne Ons Jabeur (7e mondiale), qui sort d’une victoire au tournoi de Madrid, a redressé une très mauvaise situation vendredi pour atteindre les demi-finales en battant la Grecque Maria Sakkari (4e) 1-6, 7-5, 6-1.

La Tunisienne, d’abord méconnaissable avec ses nombreuses erreurs techniques, à l’image d’une volée manquée facile, avait un pied hors du tournoi romain dans le deuxième set, menée 1-6, 2-5, service à suivre pour la Grecque.

Mais elle a soudainement retrouvé sa “grinta” pour voler la mise au jeu de Sakkari et a empoché les huit jeux suivants, renversant complètement la situation en égalisant avec un set partout puis en menant 3-0 dans le dernier set.

Sakkari a ensuite tenté de se rebeller à son tour, mais bien trop tard pour arrêter un Tunisien au moral totalement boosté, qui a clôturé la rencontre avec un 6-1 qui ressemblait à un miroir inversé par rapport au premier set, qui a été facilement abandonné.

« Dans ma tête, à 5-2, je me suis dit : +Tu ne peux pas finir comme ça ces deux, presque trois semaines fantastiques. C’est ça qui m’a lancé », a déclaré Jabeur à la presse, indiquant également avoir été gênée par les ombres en début de match.

“Aujourd’hui, c’était avant tout un match mental plus qu’autre chose pour moi. Physiquement, je me sentais bien. Étant confiante, je pense que cela m’a donné la chance de gagner », a-t-elle ajouté.

Avec cette victoire de caractère, ponctuée d’un cri de guerrier, Jabeur, 27 ans, confirme qu’elle a de l’énergie à revendre, elle qui a proclamé à son arrivée lundi son envie de remporter un tournoi du Grand Chelem cette année.

“Confirmer la performance de Madrid est très important pour moi. Peut-être que cela fait partie du chemin, peut-être que je dois passer par là pour pouvoir gagner un Grand Chelem. Il reste deux matches, je veux me donner à plus de 100 % », a-t-elle déclaré.

Elle rencontrera la Russe Daria Kasatkina (23e) ou le Suisse Jil Teichmann (29e) en demi-finale samedi.


#Andreescu #peut #pas #résister #mondial

Leave a Comment

Your email address will not be published.