Des chercheurs de l’université de l’Utah (États-Unis) ont réveillé des cellules neuronales dans les yeux de donneurs d’organes. © korionov, Adobe Stock

Des chercheurs ont redonné vie à des rétines humaines

La mort reste un mystère. Et il semblerait que sa définition même veuille, au fil de certains travaux scientifiques récents, être remise en cause. Aujourd’hui, des chercheurs annoncent avoir obtenu des rétines humaines… qu’ils voient après la mort !

Vous serez également intéressé


[EN VIDÉO] Kezako : Pouvons-nous vraiment faire confiance à nos yeux ?
L’œil humain peut différencier près de huit millions de nuances de couleur. Cependant, cet organe si avancé donne peu d’informations à notre cortex pour créer une image. Alors que se passe-t-il exactement quand nous voyons ? Unisciel et l’Université de Lille 1 nous expliquent, avec le programme Kézako, le fonctionnement de cet orgue surprenant.

À la base de notre capacité à voir le monde qui nous entoure se trouvent des cellules spécialisées collées sur notre rétine. Photorécepteurs sensibles à la lumière blanche
Les longueurs d’onde de la lumière visible vont d’environ 380 nm (violet) à 780 nm (rouge). Le spectre visible est…” data-image=”https://cdn.futura-sciences.com/buildsv6/images/midioriginal/b/6/9/b697a0c09f_85912_lumiere.jpg” data-url=”https:// news.google.com/sciences/definitions/physics-light-326/” data-more=”En savoir plus”>léger. Et quand nous mourons, bien sûr, ces précieuses cellules meurent avec nous. Mais Chercheurs de l’Université de l’Utah (États-Unis) ont réussi à ressusciter certains de ces photorécepteurs. A voir, en quelque sorte, après la mort. Une percée qui pourrait révolutionner la recherche sur les fonctions cérébrales
Situé dans la boîte crânienne, le cerveau est le siège des fonctions supérieures (fonctions cognitives, sens, réponses nerveuses) et végétatives. C’est donc un organe essentiel qui régule tout…” data-image=”https://cdn.futura-sciences.com/buildsv6/images/midioriginal/5/c/b/5cb474dd85_121782_cerveau-3d .jpg” data- url=”https://news.google.com/health/definitions/biology-brain-3125/” data-more=”En savoir plus”>cerveau et vision.

Les premières tentatives avaient déjà donné des résultats encourageants dans le passé. Restaurer une activité électrique très limitée dans les yeux des donneurs d’organes. Cette fois, ce sont des cellules photoréceptrices du macule qui a peut-être été réveillé. La macula est cette région de la rétine située tout en bas de notre œil. Il est responsable de notre vision centrale et de notre capacité à distinguer les détails les plus fins et parfois la couleur…” data-image=”https://cdn.futura-sciences.com/buildsv6/images/midioriginal /7/9/5 /7951943cc1_85596_color.jpg” data-url=”https://news.google.com/sciences/definitions/physics-color-4126/” data-more=”En savoir plus”>couleurs.

Les photorécepteurs dont il est question ici – provenant également de donneurs d’organes humains – réagissent à la lumière vive, aux lumières colorées et même à l’atmosphère sont chauffées et ionisées. Il y a formation d’un plasma et émission…” data-image=”https://cdn.futura-sciences.com/buildsv6/images/midioriginal/4/3/c/43c636a1ec_125691_eclair-foudre-orage.jpg ” data -url=”https://news.google.com/planete/definitions/meteorologie-eclair-15208/” data-more=”En savoir plus”>éclair lumière très faible. Et ceci jusqu’à cinq heures après avoir été échantillonné. Mieux encore, ils ont pu reprendre leurs communications avec d’autres cellules de la rétine. Une véritable résurrection, basée sur l’idée que c’était surtout la privation d’oxygène qui avait fait échouer les expériences précédentes.

Vers de nouveaux traitements contre la cécité

Des chercheurs de l’Université de l’Utah ont en effet conçu une unité de transport dédiée. Permettant de rétablir l’oxygénation et d’apporter certains nutriments aux yeux prélevés sur des donneurs d’organes moins de 20 minutes après leur mort. Grâce à un appareil conçu pour stimuler la rétine et mesurer laactivité électrique de ses cellules, ils ont pu, pour la première fois, observer un signal spécifique qui n’apparaissait jusqu’alors que dans des yeux vivants. Celle que les spécialistes appellent vague b.

Au-delà du résultat obtenu, le modèle même développé par les chercheurs de l’Université de l’Utah est un pas en avant. Il devrait permettre aux scientifiques de mieux étudier les maladies neurodégénératives telles que dégénérescence maculaire, principale cause de déficience visuelle chez les personnes âgées. Sans avoir à passer par un modèle animal qui n’est pas toujours très adapté. Les souris, par exemple, n’ont pas de macula. L’idée de pouvoir produire des patchs viables de tissu rétinien humain pourrait être utilisée pour développer de nouvelles thérapies pour les maladies cécitantes.

Avant de conclure, rappelons qu’il y a quelques années, des chercheurs de l’université de Yale (États-Unis) avaient réanimé des cerveaux de porcs désincarnés. Les cerveaux reprennent vie pendant pas moins de 36 heures. Ils avaient fait la une de tous les journaux. Les résultats obtenus ici par les chercheurs de l’Université de l’Utah peuvent sembler moins spectaculaires. Mais ils posent à nouveau la question du caractère définitif de la morte. Ou du moins, celle de sa définition comme la perte irréversible de l’activité neuronale.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

#Des #chercheurs #ont #redonné #vie #des #rétines #humaines

Leave a Comment

Your email address will not be published.