Le Canadien |  Samuel Montembeault s'est fait opérer du poignet

Le Canadien | Samuel Montembeault s’est fait opérer du poignet

L’attelle qu’il portait au poignet droit ne mentait pas : Samuel Montembeault a joué blessé durant les trois derniers mois de la saison.

Posté à 15h50

Simon Olivier Lorange

Simon Olivier Lorange
La presse

Le gardien de 25 ans a été opéré vendredi dernier. Il devra subir huit semaines de rééducation. Si tout se passe comme prévu, il devrait être de retour en pleine forme au prochain camp d’entraînement.

On ne sait pas exactement quand il a été blessé. Le 22 janvier, alors que Montembeault profitait d’un match de repos après avoir affronté plus de 50 tirs lors de ses deux départs précédents, divers médias révélaient qu’il souffrait d’une blessure au tendon du poignet droit, de part et d’autre de son bloqueur, et qu’une opération pourrait être nécessaire.

Le Canadien n’a cependant jamais confirmé cette information, se contentant de parler d’une blessure “haut du corps”.

Le principal concerné a indiqué quelques jours plus tard qu’il avait joué malgré la douleur le 20 janvier, contre les Golden Knights de Vegas, mais qu’il se sentait désormais “de mieux en mieux”. Il est également rapidement revenu au jeu, à un moment où trois des cinq gardiens des Canadiens figuraient sur la liste des blessés.

Cependant, il était évident que quelque chose n’allait pas. En trois apparitions devant le filet, du 27 au 30 janvier, il a accordé 11 buts sur 27 tirs, dans ce qui a été sa pire séquence de la saison. L’équipe a ensuite profité d’une semaine de repos, ce qui a été bénéfique pour son gardien.

Réclamé au ballotage juste avant le début de la campagne 2021-2022, Montembeault a finalement vu autant d’action que Jake Allen, puisque ce dernier a subi trois blessures et Carey Price a été limité à cinq matchs à la fin du mois. ‘avril.

Les 30 départs de l’ancien Panthers de la Floride ont été un sommet en carrière, et il a également enregistré son premier jeu blanc le 23 février contre les Sabres de Buffalo. Il est aussi devenu, le 20 novembre 2021, le premier gardien québécois depuis José Théodore, 15 ans plus tôt, à remporter un match sous l’uniforme des Canadiens.

Il a terminé la saison avec une fiche de 8 victoires, 18 défaites et 6 défaites en prolongation ou en fusillade. Sa moyenne de buts alloués de 3,74 et son pourcentage d’arrêts de 0,891 étaient parmi les pires de la LNH parmi les gardiens qui ont disputé au moins 25 matchs. A sa décharge, il fait aussi partie des gardiens qui, match après match, ont affronté les tirs les plus dangereux à cinq contre cinq, selon le site de statistiques avancées NaturalStatTrick.

L’opération qu’il a subie vendredi consistait à réparer la gaine entourant un tendon de son poignet. Il a été réalisé avec succès.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Samuel Montembault

À venir

Même si Montembeault retrouve la forme dans les délais prescrits, son avenir avec le Canadien n’est pas encore assuré.

La direction du club, apprend-on, n’est pas ravie à l’idée de débuter la saison 2022-2023 avec un tandem Allen-Montembeault.

Lors de deux récentes entrevues à la radio, le directeur général Kent Hughes a souligné qu’aucun de ses gardiens n’avait, au cours de la dernière saison, « démontré qu’il était un numéro 1 ». Il a également noté que son équipe avait manqué de “cohérence” à ce poste, déclarant seulement qu’Allen avait “été très bon à [l’équipe] entre ses deux [principales] blessures ». Il n’a pas mentionné Montembeault.

Sans contrat pour la saison prochaine, le natif de Bécancour deviendra joueur autonome avec compensation en juillet prochain. Il sera éligible à l’arbitrage. Encore faut-il que le Canadien soumette une offre qualificative d’ici là. Vu le faible salaire qu’il a empoché depuis un an, ce serait une formalité. Selon le site CapFriendly, l’offre ne devrait valoir que 787 500 dollars. Si toutefois le Canadien ne se prévalait pas de cette option, il deviendrait joueur autonome sans restriction et pourrait offrir ses services à toutes les équipes de la LNH.

Cependant, il semble que, pour le moment, la seule préoccupation dans son cas soit sa santé. Selon nos informations, son entretien de fin de saison avec la direction a surtout tourné autour de l’état de son poignet. Les deux parties souhaitaient que la chirurgie soit pratiquée le plus tôt possible afin que sa rééducation puisse commencer rapidement.

Son statut à Montréal demeure tributaire de l’état de santé de Carey Price. On ne sait toujours pas si le gardien vedette pourra jouer au début de la saison prochaine car son genou n’a pas bien guéri après une opération il y a 10 mois.

Si Price arrive au camp d’entraînement en bonne santé, Montembeault deviendrait le troisième gardien du club, puisqu’Allen a toujours un contrat d’un an. Si l’organisation sait, sans aucun doute, que Price ne jouera pas en 2022-2023, elle pourrait alors le placer sur la liste des blessés à long terme et bénéficier d’un allègement de salaire. Il lui serait alors possible de chercher un vétéran de remplacement pour jouer avec Allen ou Montembeault, advenant qu’on ne garde pas les deux.

Si toutefois l’incertitude sur le prix persistait, la Québécoise deviendrait alors une option plus intéressante, car elle est peu coûteuse, et donc plus facile à caser dans un budget serré que possible.


#Canadien #Samuel #Montembeault #sest #fait #opérer #poignet

Leave a Comment

Your email address will not be published.